On a vu que l'anglicisme intégral, c'est l'utilisation d'un mot anglais tel quel.
Dans le cas de l'anglicisme hybride, on construit une forme nouvelle en empruntant
à l'anglais un mot, une forme ou un sens, auquel on ajoute un élément français.
Il peut s'agir de la francisation d’un mot anglais ou de la conservation
d’un mot anglais dans une expression.

Par exemple, le verbe dealer, formé à partir de l’anglais to deal, est parfois employé avec le sens de « composer avec quelque chose » ou de « s’occuper de quelque chose ».
Cet emprunt n’est pas nécessaire puisque des équivalents existent déjà en français,
par exemple : s’adapter àcomposer avecse débrouillerréagir àsupporter,
faire face àvivre avecs’y prendre, ou encore s’occuper de, avoir affaire ànégocier, etc.

Un autre exemple, les emprunts focusser et se focusser sont parfois employés en français pour parler de personnes, de choses ou d’événements qui se concentrent sur un point précis. Ces emprunts sont inutiles puisqu'on peut aisément les remplacer par de
nombreux verbes ou locutions tels que focaliserse focaliserse concentrer,
porter son attention sur, être centré surconcerner surtouts’orienter vers,
mettre l’accent surs’articuler autour de, etc.

On dénombre six types d'anglicismes :

intégraux, hybrides, sémantiques, syntaxiques, morphologiques et phraséologiques.

 

Quels gros mots!
Mais ne vous en faites pas, nous continuerons à les découvrir
dans les prochaines chroniques.
Nous avons déjà fait la connaissance des anglicismes sémantiques,
autrement appelés « faux-amis » ainsi que des anglicismes intégraux.
Plus que quatre!

Anglicismes hybrides

à suivre...

Un site pour tester nos connaissances
sur les anglicismes et les corriger : 

Anglicismes 101 du Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Liste de tous les articles.jpg