Mars 2018

Sainte-Anne, Manitoba

Tout vient à point

 

C’est Rabelais qui aurait adapté cette maxime tirée de l’Ecclésiaste « Il y a pour tout un moment fixé et chaque entreprise a son temps marqué sous les cieux. » par « Tout vient à point à qui peut attendre. » ou, comme on le rencontre souvent « Tout vient à point à qui sait attendre. » Pouvoir attendre, savoir attendre... attendre quoi? Que les bonnes fées soient au rendez-vous? Les synchronicités de Jung? L’impulsion irrésistible qui viendra au bon moment si on est branché sur l’univers?

 

Il y a eu trop d’occasions fortuites dans ma vie pour que je puisse faire fi de mes impulsions. Et je ne suis pas d’un naturel patient. Permettez-moi de vous donner un exemple de l'incidence d'une telle attitude sur Le Nénuphar.

 

Dolorès Contré Migwans m’avait déjà signifié à la fin de 2017 son intérêt de commencer une chronique à l’automne 2018, étant très occupée à d’autres projets d’ici là. Elle m’avait aussi mentionné certains de ses écrits... Alors, ce matin du 16 février où je me suis réveillée avec le sentiment d’urgence de relancer madame Contré Migwans, j’ai agi sur mon impulsion. Et c’est ainsi que nous avons le plaisir de lire Raconte-moi Terre-Mère dans le numéro de mars du Nénuphar.

Jacinthe

P.-S. : Un lecteur nous a fait remarquer que le navigateur Microsoft Edge ne rend pas justice aux pages du Nénuphar. L'équipe technique de notre plateforme de création de site en est avisée. En attendant la résolution de ce problème, veuillez bien utiliser n'importe quel autre navigateur à jour.

Vos idées et commentaires sont les bienvenus pour faire de ce magazine un endroit agréable à consulter. Ne vous gênez surtout pas d’écrire à :

editeur@magazinelenenuphar.com

Liste_de_tous_les_éditos.jpg
Concours.jpg