Blandine Legal Dornez s’est engagée à raconter aux lecteurs du Nénuphar,
ses souvenirs de jeunesse à Sainte-Geneviève, son village natal.

Nous ne pouvons pas parler du mois d’août sans nous souvenir de la cueillette de nombreux petits fruits sauvages que nous trouvions dans les bois de Sainte-Geneviève, au Manitoba, dans mon jeune temps. Une fois mariée, j’en ai cueilli moi-même avec mes deux fillettes. Il fallait se méfier des nids de guêpes ici et là. Mais on aimait ça. C’était si près de chez nous.

Ramasser les bleuets n’était pas chose facile dans mon jeune temps, car il fallait y aller en machine et ces petits fruits poussaient bas. Les moustiques étaient partout. La dernière fois que j’y suis allée, j’ai dû donner une chopine de mon sang à ces bibittes. En revenant, nous avions une « récompense », un pique-nique. Assises sur une vieille couverte, nous nous régalions d'une bonne collation que maman nous avait préparée.

Mais pauvre elle, elle en avait des conserves à faire, sur un poêle à bois, souvent dans une chaleur accablante! Je vois encore les nombreux bocaux bien rangés sur les étagères du sous-sol. Nous avions hâte de déguster ces bleuets en hiver avec de la crème fraîche.

 

Nous jouions beaucoup dehors. Il y avait près de la maison une petite baissière où l’eau s'accumulait quand il pleuvait. Nous partions alors à la pluie toutes habillées, nous glissions et pataugions dans l’eau. Souvent, maman participait à ces jeux. Nous en avions du plaisir! Mais après cela, il y avait tout ce linge qu’elle devait laver à la main. Que de courage elle avait notre pauvre maman.

Liste de tous les articles.jpg