Trop bien assis

En tant qu’entraîneuse personnelle, je me comptais chanceuse d’avoir un métier qui m’aidait à rester en forme.

 

Hélas… bien que j’entraîne toujours des clients, je viens de commencer un emploi à temps plein. Ce nouveau poste, malgré une meilleure rémunération, fait en sorte que je fais maintenant partie des milliers de personnes qui passent des heures assises à un bureau.

 

Je reviens ensuite chez moi pour m’installer presque aussitôt devant mon ordi et lire mes courriels, préparer des entraînements pour mes clients, faire le tour des médias sociaux…

Or, la plupart des gens ne prennent pas ça au sérieux. La
nouvelle campagne « Rester assis tue plus que le tabac » vise
à renseigner les gens sur les méfaits du temps passé en position
assise, lesquels rivaliseraient avec ceux du tabagisme!

 

Pour ceux qui se croient actifs, mauvaise nouvelle! On découvre
aussi dernièrement que même si l’on suit les consignes d’exercice
(voir la chronique du numéro précédent!), ce n’est pas suffisant pour
contrer complètement les effets néfastes d’une position assise prolongée.

 

Mais que faire? Je vous donne des stratégies au prochain numéro! Entre-
temps, j’aimerais bien connaître vos stratégies à vous, si vous en avez!

Nous ne réalisons pas combien de temps nous passons assis dans une journée. Mais nous commençons tout juste à réaliser combien ce temps en position assise nous affecte.

 

À court terme, notre dépense énergétique baisse, notre circulation sanguine ralentit, certains muscles (notamment les ischio-jambiers et les fléchisseurs de la hanche) deviennent plus serrés. À long terme,
plus nous passons de temps assis, plus nous
augmentons notre risque de maladie
cardiaque, de diabète, d’ostéoporose… pour ne citer que quelques
exemples.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les envoyer par courriel à franceforshort@gmail.com.

!ARTICLE PRÉCÉDENT.jpg
!ARTICLE SUIVANT.jpg